A propos de l'Association InterActions

L'Association InterActions, loi 1901 existe depuis 2006 (elle s'appelait alors Association Nashema). Elle se consacre à faire évoluer la communication. La communication avec soi-même et avec l'autre et pour cela, elle propose aujourd'hui des temps   de ressourcements, des parenthèses dans des vies trépidantes, au cœur de la nature dans une région privilégiée.

Que vous soyez seul(e), en couple ou en petit groupe (amis, équipes, managers), vous trouverez ou retrouverez en peu de temps, deux ou quatre jours, cet atout que nous avons tous, qui nous accompagne mais que nous oublions : la joie intérieure

   "On vit dans un monde où le visuel est un repère parfois trop important et je voulais vivre une expérience où le ressenti, le toucher et les odeurs prennent pour une fois plus de poids". Estelle est venue de Cavaillon pour cette journée singulière à la salle des fêtes du Thor, intitulée "Viens vivre ma vie d'aveugle". Une opération de sensibilisation grandeur nature organisée par l'association Nashema qui s'active autour du relationnel valides-non valides.
   De 14 heures à minuit, Estelle, comme une centaine d'autres personnes, s'est donc plongée volontairement dans l'obscurité, portant sur ses yeux un bandeau noir et suivant plusieurs ateliers de mise en situation on ne peut plus concrètes.
   Danseuses dans le noir
   Peindre ou faire de la poterie sans que vos yeux ne supervisent l'action est déjà, en soit, une aventure exotique. "Le but de cette journée est de percevoir sans voir" assure, Jenny Cahen, coordinatrice de l'association Nashema, tandis qu'à ses côtés, Jean-Pierre Brouillaud, lui-même atteint de cécité, anime l'atelier "Perception".
   Pendant une demi-heure, deux personnes discutent mais sans se décrire. Puis tout le monde se met en cercle et chacun doit reconnaître avec qui il partagé cet instant". Surprises et fou rires garantis. A la buvette aussi, c'est bandeau sur les yeux. Guy a commandé une boisson mais au moment de payer, petit moment de solitude.

Sauriez-vous reconnaître dans le noir des pièces de 2 €, 1 € ou 50 cents ? "Euh, je vous donne mon porte-monnaie, prenez ce qu'il faut, je vous fais confiance" botte Guy en touche. A l'accueil,Johanna, l'une des 28 bénévoles, explique aux arrivants la procédure à suivre : "Vous allez passer d'atelier en atelier chaque demi-heure. Des guides vous aident à vous déplacer à l'intérieur et si vous avez envie d'aller aux toilettes, il suffit de lever le bras !"

   Onze heures durant (de 14h à minuit), deux moments ont été vécus sans bandeau sur les yeux : l'apéritif et le dessert. Pour le spectacle de danse, en revanche, les trois interprètes se sont échinés, sur scène, à transmettre les émotions de leur prestation sans que le public ne les observe oculairement. Un défi.
 Extrait du journal "la Provence", article écrit par Fabien BONNIEUX